Aller au contenu
Créateur : NICOLAS Bertrand Droits d'auteur : © Bertrand NICOLAS - Inra Nathalie Gontard
David Chapon
AUTEUR DE L’ARTICLE

Directeur d'E5T Education et responsable du programme 100 Leaders

Plastique, le grand emballement, de Nathalie Gontard – Interview

Facebook
Twitter
LinkedIn

Depuis 30 ans, Nathalie Gontard est chercheuse et spécialiste du plastique à l’INRA. Intervenante 100 Leaders pour la Planète, dans son livre Plastique, le grand emballement, elle revient sur notre monde plastifié, les conséquences sur nos écosystèmes et notre santé.

Dans le dernier chapitre de votre livre, vous détaillez un futur sans plastique. Vous prévoyez cependant que des examens de plastoscopies seront nécessaires pour le diagnostic de certaines maladies. Pourquoi ?

Le plus difficile pour le consommateur c’est de comprendre la différence entre le danger immédiat de l’utilisation des plastiques et le danger de long terme.
Le véritable danger lié au déchet plastique met du temps à survenir : une fois devenu déchet, le plastique se fragmente sur des dizaines voire centaines d’années, avant de se diffuser en nanoparticules.
Comme pour tout poison, les écosystèmes et notre organisme sont capables de supporter une certaine dose. Mais ce que l’on vit aujourd’hui, ce n’est que le tout début : les vraies conséquences sont devant nous.

Vous comparez le plastique relâché dans l’environnement à une véritable bombe à retardement...

Même si on arrêtait de consommer immédiatement du plastique, on en a stocké des quantités suffisamment énormes pour nous assurer une diffusion très importante dans notre environnement pour les décennies à venir. S’occuper du problème plastique, c’est non seulement limiter dès maintenant notre consommation à son strict indispensable, mais s’occuper d’ores et déjà du plastique stocké et dispersé partout dans le monde.
Car si notre génération ne fait qu’entrapercevoir les conséquences du problème qu’elle est en train de créer, nos enfants et petits-enfants en subiront quant à eux les véritables conséquences.

Vous parlez dans le livre de la « croyance » du plastique : que ce soit pour des raisons marketing, ou sanitaires par exemple.

On confond nos habitudes avec des besoins : c’est là qu’on bascule dans l’addiction.
Ce n’est plus quelque chose dont on a besoin car il nous permet de mieux vivre, c’est quelque chose dont on a besoin parce qu’on a pris l’habitude de le consommer.

Depuis quelques années, on voit l’essor des bioplastiques et des plastiques recyclés : sont-ils la solution ?

Quand on gratte un petit peu, on voit que toutes ces solutions sont limitées, et que même mises toutes côte à côte, elles ne couvrent qu’une fraction infime du problème. 
La première solution est de réduire notre consommation à l’indispensable. Ensuite seulement, considérer les solutions du recyclable et du bioplastique, explorer toutes les pistes possibles. Cependant, cela ne doit pas nous détourner de l’objectif premier de réduction drastique de notre consommation.

Ce qui me gêne avec le message du recyclage ou du bioplastique, c’est cet écran de fumée que cela jette dans l’esprit des consommateurs. On se dit qu’en mettant la bouteille dans la bonne poubelle, on se débarrasse du problème. J’ai passé toute ma vie à développer des solutions en faveur du recyclage ou du bioplastique, j’y crois, mais  de façon réaliste. C’est à dire que je sais très bien ce que ce type de solution sera capable de résoudre : une infime partie du problème.
Si le message du recyclé ou du bioplastique sert à décomplexer l’usage du plastique en faisant miroiter des solutions miracles et à encourager la consommation, on a tout faux. 

Notre économie peut-elle se permettre de se passer de plastique ?

Aujourd’hui on a une gestion à très court terme. On pourrait mettre en place une transition économique viable, mais cela commence par regarder la réalité en face. Il faut que nos politiques aient le sens des responsabilités, et qu’eux mêmes aient une vision claire de l’ampleur du problème.
Cela commence aussi par correctement informer le consommateur, d’où la publication de ce livre, destiné à tous : Plastique, le grand emballement

Nathalie Gontard, Plastique, le grand emballement - Interview

Solverwp- WordPress Theme and Plugin

Merci nous avons bien reçu votre message.
Une personne de l’équipe va revenir vers vous dans les plus bref délais.