Aller au contenu
Léna Louganine - Chargée communication et marketing 100 Leaders pour la Planète
Léna Louganine
AUTEUR DE L’ARTICLE

Responsable communication & marketing 100 Leaders

Heïdi Sevestre glaciologue et messagère de l’urgence climatique – Interview

Facebook
Twitter
LinkedIn

Heïdi Sevestre, glaciologue, parcourt le monde pour étudier l’évolution des glaciers. Confrontée à l’urgence de la situation, elle place l’éducation au cœur de ses priorités, consciente de son pouvoir d’alerte pour déclencher une prise de conscience collective.

Pourquoi êtes-vous devenue glaciologue ?

J’ai grandi dans un petit village près d’Annecy, au cœur des Alpes. Quand j’avais 17 ans, j’ai rencontré un guide de haute montagne qui m’a parlé du métier de glaciologue. Une révélation! À partir de là, j’ai suivi des études universitaires et, progressivement, j’ai eu la chance de parcourir le monde dans le cadre de mes recherches. Plus récemment j’ai travaillé pour le Conseil de l’Arctique notamment avec leur groupe de travail sur le changement climatique.

Quelle est votre expédition la plus marquante ?

C’est sûrement l’une de mes dernières expéditions, “Climate Sentinels”, en 2021, au Svalbard, la région qui se réchauffe le plus vite sur terre. Avec une équipe 100% féminine, nous avons étudié la manière dont la pollution atmosphérique peut changer la couleur de la neige et de la glace, accélérant ainsi leur fonte.

Ce qui m’a marquée, ce sont les conditions extrêmement difficiles. Nous avons affronté de violentes tempêtes, des manifestations agressives du changement climatique.

Heïdi Sevestre glaciologue et messagère de l'urgence climatique- Interview

En avril 2023, vous êtes partie avec Antoine Maussion, journaliste 100 Leaders pour la Planète, ainsi qu'une classe de collégiens dans le massif du Mont-Blanc. En quoi consistait ce projet ?

Depuis 2016, je suis bénévole pour ce projet pionnier appelé “Demain c’est nous”, créé par François Bernard, professeur au collège Fénelon de La Rochelle.
Lors de cette expédition, nous souhaitions offrir aux élèves une expérience concrète des réalités du dérèglement climatique. Nous avons sollicité leurs émotions et leurs connaissances scientifiques pour qu’ils puissent, ensuite, réfléchir à des actions concrètes de lutte contre le changement climatique.

Je remercie 100 Leaders pour la Planète pour son soutien au projet “Demain c’est nous”. L’éducation et la sensibilisation sont cruciales pour ne pas rester sur la trajectoire actuelle.

Dans votre dernier livre 'Sentinelle du climat', vous mettez notamment en avant le pouvoir du collectif. Pouvez-vous me détailler cette idée ?

En ce moment, je me concentre principalement sur la communication scientifique. Je suis persuadée que la science doit être communiquée en utilisant tous les outils possibles, que ce soit par le biais de conférences, de cours, de documentaires ou de plateformes en ligne.
Sentinelle du climat’, que j’ai écrit avec la collaboration d’Isabelle Marrier, est un livre d’expédition et d’espoir qui souligne l’importance de l’action collective.

L'éducation est-elle alors la première étape vers l'action ?

Oui, sans compréhension de la crise à laquelle nous sommes confrontés, pourquoi aurions-nous envie d’agir ? L’éducation doit toucher tout le monde. Heureusement, de nombreux projets voient le jour, comme 100 Leaders pour la Planète. La clé est de rendre ces sujets concrets, en particulier pour les entreprises qui ont des leviers d’action extraordinaires.
En travaillant ensemble, nous pouvons relever l’immense défi climatique. Je me réjouis de voir les entreprises faire partie de ces programmes. Pour les guider, nous avons également besoin de leaders qui les poussent vers l’avant et montrent que c’est possible.

Comment envisagez-vous l’avenir des glaciers et, par conséquent, de notre planète ?

Je suis à la fois optimiste et réaliste. Nous sommes en train de perdre nos glaciers, qui sont des réserves d’eau douce essentielles sur Terre. Leur fonte entraîne une hausse du niveau des océans et perturbe le climat. Plus le temps passe, plus il devient difficile de sauver les glaciers. La situation est urgente, c’est une crise absolue et mondiale. Aujourd’hui, nous avons toutes les cartes en main pour éviter le pire. Nous n’avons pas besoin d’attendre une technologie miraculeuse, nous n’avons plus le temps d’attendre. Ce dont nous avons besoin, c’est d’un effort collaboratif, d’une poursuite de l’éducation du grand public et d’un soutien aux initiatives qui se créent.

Merci nous avons bien reçu votre message.
Une personne de l’équipe va revenir vers vous dans les plus bref délais.
S'abonner à la Newsletter et être informé de la parution des master class