Aller au contenu
Léna Louganine - Chargée communication et marketing 100 Leaders pour la Planète
Léna Louganine
AUTEUR DE L’ARTICLE

Responsable communication & marketing 100 Leaders

Entretien avec Jean-Luc Stanek, fondateur de HACE

Facebook
Twitter
LinkedIn

HACE est une machine houlomotrice révolutionnaire qui utilise toutes les vagues, petites comprises, pour produire une électricité bon marché, décarbonée et respectueuse de la biodiversité. Entretien avec le fondateur de ce projet audacieux qui ouvre la voie vers un avenir durable : Jean-Luc Stanek.

Quel a été le déclic de la création de HACE ?

C’est lors d’une plongée à l’Île de La Réunion, en observant les souffleurs, que l’idée de fonder HACE m’est venue. Pendant près de 20 ans, j’ai étudié l’intégralité des publications et brevets sur l’énergie marine et je me suis renseigné sur les limitations techniques. Tout au long du processus, j’ai été entouré d’une équipe de spécialistes dans divers domaines. En 2011, nous avons créé un prototype fonctionnel, en 2012, déposé un brevet français, en 2013, un brevet international et, en 2017, le projet finit par aboutir. 

Vous n’étiez pas le premier à vouloir produire de l'électricité à partir de l’énergie marine. Qu’est-ce qui a fait la différence ?

J’ai fait exactement l’inverse de ce qui se faisait : j’ai utilisé toutes les vagues y compris les petites vagues. Il faut savoir que les grosses vagues ne représentent que 4 % du temps, tandis que les plus petites sont présentes 99.9 % du temps. Nous pouvons ainsi produire de l’énergie en continu et en parité réseau.

Comment fonctionne HACE ?

HACE est un système houlomoteur qui utilise la houle pour produire de l’électricité. Il fonctionne comme un moteur à pistons en comprimant l’air à l’intérieur des colonnes. Concrètement, à chaque vague, l’eau monte et descend dans les colonnes. Cette eau sert de piston et comprime l’air de chaque colonne qui s’accumule dans une chambre de surpression. L’air comprimé est ensuite évacué au travers d’une turbine basse pression révolutionnaire qui permet de générer de l’électricité à partir de 2 Millibars (2 cm de hauteur d’eau).

Le projet HACE DE JEAN LUC STANEK

Quels sont les avantages du projet HACE ?

Tout d’abord, HACE permet de produire l’électricité la moins chère du marché, à seulement 2 centimes / KWh, et elle est aussi la plus décarbonée au monde, avec moins de 1 gramme d’équivalent CO / KWh sur l’ensemble du cycle de vie.
Ensuite, il n’a aucun impact négatif sur la biodiversité puisque les ancrages servent de niches écologiques. Nous sommes d’ailleurs soutenus par les pêcheurs et les associations de protection de l’environnement car Hace favorise le dépôt sédimentaire, sauvegarde les biotopes et prévient l’érosion côtière.
Dernier point, HACE permet d’atteindre la parité réseau en produisant de l’électricité en continu avec tout type de vagues. En effet, les vagues sont généralement plus fortes le soir et en hiver, tout comme la demande électrique. Il est également éco-conçu et 100 % recyclable avec une longévité mécanique d’environ 100 ans (si entretenu correctement).

Quelles difficultés avez-vous rencontrées ?

Nous avons bénéficié du soutien du président de la région Aquitaine, de Myriam Maestroni, présidente 100 Leaders pour la Planète, de Daiana Boismoreau, co-fondatrice 100 Leaders pour la Planète, et de Mathias Schildt, directeur général de Picoty. Mais tout le reste a été financé de notre propre poche. Nous n’avons rien reçu de la part de l’État français.

Pourquoi ce type d’énergie ne se développe-t-il pas davantage ?

HACE a levé tous les verrous technologiques. Le défi auquel nous sommes confrontés n’est donc plus un problème technique mais de mentalité qui doit évoluer très vite car il y a urgence absolue. Ce ne sont pas le greenwashing habituel et les recettes du passé qui apporteront des solutions.
Le véritable problème est le système mis en place par les lobbys qui freine les ruptures technologiques ; ils oublient que l’argent ne se mange pas et qu’ils ont, eux aussi, des enfants qui ont besoin d’avenir.

Êtes-vous optimiste quant au futur de la planète ?

Je pense qu’il faut agir, d’où ce projet. Nous devons offrir une chance au changement climatique pour nos enfants et petits-enfants. J’ai toujours été très engagé dans l’écologie et, pour moi, ce sujet ne relève pas de la politique, il concerne tout le monde. Pour répondre à votre question, je suis en partie optimiste car HACE contribue à décarboner la planète. Mais je suis également pessimiste car la finance investit principalement dans ce qui existe déjà et ne soutient pas les innovations qui sortent des sentiers battus. 

Merci nous avons bien reçu votre message.
Une personne de l’équipe va revenir vers vous dans les plus bref délais.
S'abonner à la Newsletter et être informé de la parution des master class